Fête de l'eau 2019

UQEA
Accueil CAREPA
Association
Le Quinquis
Dossiers
Archives

Près de mille huit-cent personnes ont participé
à la dixième° fête de l’eau au Quinquis.

Ce record de fréquentation n’est pas seulement dû aux conditions  favorables de la météo dont nous avons bénéficié. Il est aussi le signe d’un intérêt croissant des citoyens pour les problèmes écologiques, remis régulièrement à l’ordre du jour par les rapports scientifiques relatifs aux inquiétantes conséquences du réchauffement climatique.

Même sur les questions de l’eau, de l’environnement et de la biodiversité personne aujourd’hui ne nie l’urgence d’agir, du local au mondial.

Toutes ces questions étaient bien au cœur de cette fête, dans les conversations qui autour d’une barquette de moules-frites, qui au bar ou au cours des visites à la ferme. Ces visites,  agrémentées par le sketch des lavandières au bord du lavoir de Kéromen, ont connu un véritable engouement. ce qui a apporté du baume au cœur de la famille Le Page, particulièrement  éprouvée actuellement.

Par leur présence, quelques élus et quelques candidats aux prochaines élections municipales ont manifesté leur intérêt aux problèmes du Quinquis. Concernant les élus de la majorité, seul l’un d’entre eux s’est manifesté, avant l’ouverture de la fête, pour savoir si un vin d’honneur était prévu. La réponse étant négative il n’est pas venu…

Ceci étant, nous sommes impatients de savoir comment les différents candidats aux élections municipales aborderont la problématique du Quinquis.

D’ailleurs, la question du bassin de rétention en amont du poste de relevage s’est déjà invitée au Conseil communautaire du 19 septembre,  sous la forme d’une question posée par M. GRAMOULLé, à laquelle le nouveau Vice-président chargé de l’eau, M. COZIEN, a répondu que le problème serait réglé en fin d’année, sinon après l’hiver.

Nous nous réjouissons de constater que ce qui était inenvisageable l’an dernier, l’est finalement devenu cette année.

Nous accueillons donc ces déclarations avec satisfaction, mais non sans quelque prudence eu égard aux expériences vécues lors des deux dernières mandatures

Les questions environnementales et écologiques étant de plus en plus sensibles dans l’opinion publique, nous pensons que ce sont surtout les initiatives citoyennes qui auront désormais le pouvoir de faire avancer les choses.